On plaque tout ?

Y’a des jours comme ça où on a envie de tout plaquer. D’aller vivre en Macédoine. Travailler dans une supérette. Vivre dans la chambre sous le grenier d’une vieille dame dont on ne partage pas la langue. Aller à la plage après le travaille. Partir faire le tour de l’Europe. Se poser une seule question : je tourne à droite ou à gauche ? Être libre. Sans contrainte. Sans devoir. Apprendre une langue pour le plaisir. Apprendre le russe parce qu’on a envie.

Faire un flash mob sur une place en Roumanie.

Envoyer une photo de nous en train de skier le 15 juillet. Ou en train de se baigner le 5 décembre.

Dormir à la belle étoile. Regarder la mer. Les étoiles. Voir les lumières de Split briller au loin et le ferry comme une promesse d’aventure. Être avec ceux qu’on aime. Être nous-même.

Porter la robe avec des fleurs orange que l’on n’ose pas porter. Se mettre à l’escrime parce que c’est la classe. Ou au tir à l’arc. Revoir Julie parce qu’elle est sympa même si vous ne vous êtes pas parlé depuis 2 ans. Retourner voir ce chalet en Suisse qui nous avait fasciné. Et la maison de grand-mère.

Créer une association. S’inscrire dans une association. Aider quelqu’un. Aller courir, pas parce qu’il faut mais parce qu’on a envie. Visiter Oslo. Étudier à l’étranger. Parler espagnol en Espagne. Travailler en Estonie alors qu’on ne parle vraiment que français. Avoir le temps de s’ennuyer.

On attend quoi ? Non, nous n’avons pas assez d’argent. Oui on est trop jeune. Mais oui il faut en profiter et apprécier. Bon finalement on va quand même terminer nos études mais pourquoi pas commencer à réaliser certaines choses ? On est jeunes et insouciants non ? 🙂

Pour cette année, je vous souhaite de prendre le temps de réaliser ce que vous aimeriez faire (dans la légalité hein). De profiter de ce que vous avez. D‘être heureux et de participer au bonheur de votre entourage.

Maintenant.

Et surtout soyez prudent sur les routes et pour ce réveillon.

Castouillette

Comment briller en société – leçon 1

Avoir la classe

Naturelle. Juste la classe. Vous avez vu le sketch sur le blond ? Si non, vous n’avez rien à faire ici. Allez je veux plus vous voir. Non je rigole, je ne fais pas de ségrégation.

Quelqu’un qui a la classe, c’est une personne qui a TOUJOURS des mouchoirs dans son sac MAIS qui ne s’en sert jamais (ben oui quand on a la classe on a pas le temps d’être malade). Une fille qui a la classe elle peut travailler dans un champs illégal de cannabis au Panama pendant 3 jours et ben ses cheveux ils sentiront toujours la pomme verte (ouahhh). C’est quelqu’un qui n’a pas de voiture mais qui n’est jamais dans le bus bondé de 7 h 35.  Et même si c’était le cas, elle ne se casserait pas figure dedans. Oh, on a la classe ou on ne l’a pas ! C’est quelqu’un qui a la classe même dans un uniforme McDo (ou Schell ou ce que vous voulez). C’est un entraînement de tous les jours. Si, si.

Castouillette

Sur une (super) idée de Sucrette

Mais que faire le dimanche ? (ou le 1er janvier)

Il y a ceux qui rentrent chez leurs parents le week-end et il y a ceux qui, soit parce qu’ils ne sont pas fous, soit parce que le billet de train représente le PIB du Gabon, ne rentrent pas. Mais alors que faire pendant ces 2 jours de liberté ?

Et oui, jeudi c’est tonus, vendredi vous vous refaites une santé (avouons-le vous cuvez toute la matinée), samedi vous allez dans les magasins, à la médiathèque (bon, on peut rêver un peu), et puis surtout vous refaites la bringue. Et là c’est dimanche, alors déjà on cuve un bon coup, on essaie de mettre la main sur les dolipranes et quand commence le journal de 13 heures, on a retrouvé une figure humaine. Mais que faire ? Bon déjà on fait pas la java un dimanche à 14 heures. Alors plusieurs solutions s’offrent à vous mes chers étudiants.

La première c’est de réviser vos cours. Ben oui, on y pense pas au premier abord mais c’est quand même la fonction d’un étudiant. Admettons que vous avez déjà bossé (mouai), et bien, maintenant que vous avez retrouvé un visage humain, il serait bien de faire de même avec votre appart. Pour que votre cagibi qui vous sert de logement ressemble à une pub des années 60 pour des produits ménagers. Allez hop faites la vaisselle, rangez votre armoire, pliez le linge, au passage retapez votre lit, balais, serpillière, vous allez comprendre pourquoi votre mère vous demande de l’aider. Et si vous êtes un étudiant modèle et que vous vous dites que tout est fait, il n’en est rien. Lavez vos plinthes au coton tige, vos robinets à la brosse à dents, votre top 100 % soie à l’eau froide et au sérum physiologique… 

Une fois que vous avez briqué votre logement à fond et que vous avez plus de muscles que M. Propre, sortez un peu. Attention, il ne s’agit pas là d’aller retrouver Nico au café du coin mais de respirer le bon air dehors, de visiter cette charmante ville de la Roche-sur-Yon, armé d’un plan de bus et d’une bonne paire de baskets (les filles, on oublie les talons, même les compensés). Il y a des superbes promenades à faire dans les parcs vers les Oudairies ou la Vallée verte. Et puis pendant que vous y êtes, faites une bonne action. Parce qu’après 6 jours à critiquer tout le monde, à sortir jusqu’à pas d’heure, à mentir à Juju (nan mais je peux vraiment pas t’aider à déménager tes 348 cartons, je bosse à la BU), il est temps de vous acheter une conscience, pour que vos relations avec votre Jiminy Cricket intérieur ne se détériorent pas.

Discutez avec une mamie, aidez un handicapé à traverser la rue, et rangez les cartons de Juju, bref mettez un peu de gentillesse dans ce monde de brutes. Et s’il n’y a pas l’ombre d’une personne en détresse à l’horizon, faites du sport ! Quinze jours de frites et spaghettis ça laisse des traces. Et votre balance crie au scandale. Enfilez votre paire de baskets (mais si, vous en aviez en terminale, elles ne doivent pas être bien loin) et allez courir. Ou enchaînez 3 séances d’abdos-fessiers. Enfin, si vous n’avez pas mis la main sur vos baskets, profitez de ce temps pour développer votre formidable talent artistique : faites votre charlotte aux pêches, peignez votre corbeille de fruits à l’aquarelle, reprenez le dernier LMFAO à la guitare ou photographiez votre quartier en noir et blanc. Il y plein de choses à faire quand on est jeune et insouciant alors, profitez-en !

 Castouillette

Comment tu vas mon lapin ?

L’appel hebdomadaire des parents pour savoir « comment ça se passe ? ».

« Tu manges / dors bien ? » Ben c’est sûr qu’on va pas dire qu’on fait la java 2 fois par semaine, on consomme plus d’aspirines que de légumes, tous nos cafards sont morts, on a mis un mois à se rendre compte qu’on avait fini le paquet de lessive, un t-shirt qui sent pas trop = un t-shirt propre, le livreur de pizza est devenu notre ami Facebook, on a doublé nos points de fidélité rien qu’en achetant du Nutella, le seul contact qu’on a avec l’éponge c’est avec la peluche de Bob, on dors 10 h (en 2 nuits), on diversifie notre alimentation (tagliatelles, coquillettes, spaghettis, macaronis…), on mange sous la douche pour pas perdre de temps, on fait notre chèque de loyer dans les toilettes, on va en cours des fois voir plus, et puis de toutes façons on peut pas te parler là, y’à Nico qui est en train de vomir.

Mais oui je t’assure, je vais bien, ne t’inquiète pas…

Castouillette

Sur une idée de Sucrette