Les pubs qui nous créent des besoins

Non mais c’est quoi ces trucs dont on n’a pas du tout besoin ? Comment on faisait il y a 1 siècle ?

  1. Les lessives compliquées avec des doses et des noms de smartphones en « pod », les boules à picots…
  2. Le liquide mi-beurre mi-huile, soit disant que l’huile ça gicle et le beurre c’est pas bien non plus
  3. Le lait avec plein de truc en plus ou en moins, qui rend plus intelligent et tout. Euh du lait de vache vous avez pas ?
  4. Les désodorisants : je nettoie ma maison et j’aère personnellement.
  5. Le riz à poêler : avant on ne pouvait pas ?
  6. Les préparation à gâteau, à mousse au chocolat… enfin c’est si compliqué ?
  7. Les comparateurs de tout, même de comparateurs… de toute façon c’est tous les moins chers
  8. Les brosses à dents qui lavent les langues… on peut s’en sortir même si on n’en a pas.
  9. La gamme de biscuits pour petit déjeuner.
  10. Les pains de mie sans croûte. A partir de ça on est fichus.

 

Ce qu’on ne met pas dans un Cv

… et pourtant, c’est un atout important.

  1. Oui je parle morse couramment
  2. Je connais tous les Pokémons. 3 mois de révisions.
  3. Oui je comprends le patois. Et je connais toutes les lieux-dits du département.
  4. Je connais les départements et leur chef-lieux. Non je ne veux pas être facteur.
  5. J’ai étudié 6 ans le clavecin
  6. J’ai lu « Survivre dans la nature »
  7. J’ai un don avec les imprimantes sud-coréennes
  8. J’ai une astuce a Candy Crush
  9. Je convertis les miles en km, les °Farenheit en °Celsius, les Livres sterling en Euros…
  10. Je fais des gâteaux caramel-petit beurre et je corromps aisément les supérieurs.

Trouver un stage en 5 étapes

Etape 3 : be aware !

Le but ici est de chercher partout et d‘aller voir ses contacts. Ma morale méritocratique m’empêchant de faire l’apologie du piston nous nous contenterons d’aller voir nos contacts pour des conseils.

Un stage ne se trouve pas sous le sabot d’un cheval (ça se saurait). On ne s’appelle pas tous Kate Moss et on ne se fait pas repérer dans la rue ni dans les aéroports. Donc il faut chercher !

Soyez connectés, à l’affût de la moindre offre. Twitter en regorge, mais aussi lEtudiant.fr ou Linkedin. Ne dénigrez pas non plus les petites annonces (oui oui !) ou le site de votre établissement (en l’occurrence l’Université de Nantes).

Contactez vos anciens patrons, profs ou maîtres de stage avec qui vous avez gardé de bons contacts. Attention, il ne s’agit pas de rentrer dans l’entreprise parce que « je connais untel » ou « je suis la fille de madame T ». Cependant, ces professionnels connaissent leur activité et sauront vous donner des conseils ou des idées : « le secteur du tourisme embauche à cette période » ou « je sais que Séraphin Lampion* prend souvent des stagiaires » ou « pourquoi tu ne demanderais pas à Madame T ? ». Les gens ont souvent des bonnes idées (ou pas, après c’est à prendre ou à laisser !). Ecoutez vos parents parfois, ils ont aussi des bonnes idées.

Tentez ! Osez !

Parlez autour de vous de votre recherche, au détour  d’une conversation :

« – tiens, en parlant de tarte au poireau, je cherche un stage en tant qu’animateur nature. »

En désespoir de cause, prenez une pile de CV, armez-vous de votre plus beau sourire, prenez votre pantalon porte-bonheur et allez faire le tour des entreprises qui vous intéressent. Allez-y au talent, prenez le temps de discuter, de vous présenter, de voir les responsables si possibles. A noter que cette technique fonctionne aussi par téléphone. Au moins s’ils ne veulent pas, vous le savez.

Nous sommes jeunes et insouciants, courage !!

*personnage d’un album de Tintin, mais lequel ??

Pourquoi nous avons peur

Il y a beaucoup de débats en ce moment et vous avez sûrement votre avis. Mais nous avons peur. De quoi ? Du changement, de ce que nous ignorons, de ce qu’on croit, de ce qui peut nous arriver, des autres surtout.

Nous avons peur de beaucoup de choses. Surtout ce que nous ne connaissons pas.

Peur de perdre son travail, peur de ne pas avoir d’argent, peur de notre voisin.

Mais de quoi avons-nous peur ? Que gagne-t-on à avoir peur ? Les réfugiés aux coeurs des conflits ont-ils les mêmes angoisses que nous ?

Moins nous sommes concernés plus nous avons peur. Inversement, plus nous sommes concernés moins nous somme angoissés (oserais-je citer l’écologie et le nucléaire ?).

 

Art Vivant Art Utile s’invite sur le campus !

Bonsoir les étudiants,

Si vous n’avez rien à faire entre deux cours, si vous aimez l’art ou si vous avez tout simplement envie de rencontrer du monde et de voir de nouvelles têtes bien sympathiques je vous conseille d’aller jeter un coup d’oeil au projet Art Vivant Art Utile !

banniere_blog

Du 20 janvier au 18 avril, Art Vivant Art Utile se fabrique avec les « universitains » (les habitants de l’Université de Nantes) et tente de rendre l’art utile à leur vie sur les campus.
Chez nous c’est Formes Vives et la Fabricatoire qui s’occuperont de confronter les étudiants à l’art sur le thème de la signalétique !

Ce projet est un pur produit de la Direction culture et initiatives de l’Université de Nantes est menée par trois jeunes créateurs invités, Louise Hochet, plasticienne, Youen Chené, designer et Quentin Bodin, graphiste.

Edito du collectif concernant l’événement :

Sur le campus de La Roche-sur-Yon, bastion positionné pour les nantais en terre inconnue, on se perd dans une nomenclature de bâtiments aux appellations barbares : CUD, RT, GB, GEA, InfoCom… Pourtant, sur ce campus sans entrée ni signe, les étudiants et les personnels redoublent d’énergie pour faire ensemble.
Comment clarifier les espaces et renforcer l’esprit de corps qui anime cette antenne de l’université ? En invitant les graphistes du Fabricatoire et de Formes Vives pour marquer le campus d’un univers graphique et sémantique fort, fait de mots, d’images, de couleurs, de signes : une signalétique participative, vivante et marquante.
 

Pour plus d’infos c’est par ici !
N’hésitez pas à passer jeter un coup d’oeil à leurs ateliers de création, pour ceux qui auraient rater le coche une restitution sera faite le 19 février 2014 à 18h sur le campus.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pourquoi donner son sang ?

Cela ne vous a pas échappé, une collecte de sang est organisée le 27 février sur le Campus de la Courtaisière, bâtiment B de 14 h à 17 h. Ca dure 1 heure en tout (entretien, prélèvement, collation).

Collecte de sang le 27 février 2014
Collecte de sang le 27 février 2014

1- Je donnerais bien de l’argent, mais je n’en ai pas

2- Le sang ça se fabrique pas comme ça

3- L’EFS vient directement sur le campus

4- Oui c’est sécurisé, vérifié, contrôlé

5- On mange après !!! Et des bons trucs !

6- Comme ça on aura fait la BA du mois

7- Du sang ça peut servir. Sérieusement il y a besoin de plus de 300 dons/jour dans notre région.

8- Pour le sourire des infirmiers (eres), enfin on a pas testé mais on sait jamais

9- Pour le buffet (non mais c’est quand même très important)

10- Les vampires ont faim !

→ all about it in http://www.polelrsy.univ-nantes.fr/1233852813687/0/fiche___actualite/&RH=1183713002910

→ pour vous inscrire à un créneau horaire c’est le mercredi 29 et le jeudi 30 janvier devant la BU et dans le hall du bâtiment B

→ ou dondusang2014@gmail.com

Castouillette

Ca, il ne faut pas le répéter

Il y a certaines choses qu’il vaut mieux garder pour soi pour conserver soi « moi social ».

1- Je bois du thé citron en écoutant du Strauss

2- Je ne loupe aucun question pour un champion

3- Les conserves pas chauffées en cas d’extrême flemme ça passe

4- J’ai passé l’hiver à faire des Scrabbles

5- Je m’endors avec Gulli

6- J’ai jamais vu Le Seigneur des Anneaux

7-  Je fais des repas chocolats (bon ça se voit quand même)

8- Le jean pour dormir c’est pas confortable mais des fois on est trop fatigué…

9- J’aime pas le nouvel an (je suis rabat joie et j’assume)

10 – J’aime tellement pas faire les magasins que je pique les chaussures de ma mère

 

Ca reste entre nous