Ce qu’on ne met pas dans un Cv

… et pourtant, c’est un atout important.

  1. Oui je parle morse couramment
  2. Je connais tous les Pokémons. 3 mois de révisions.
  3. Oui je comprends le patois. Et je connais toutes les lieux-dits du département.
  4. Je connais les départements et leur chef-lieux. Non je ne veux pas être facteur.
  5. J’ai étudié 6 ans le clavecin
  6. J’ai lu « Survivre dans la nature »
  7. J’ai un don avec les imprimantes sud-coréennes
  8. J’ai une astuce a Candy Crush
  9. Je convertis les miles en km, les °Farenheit en °Celsius, les Livres sterling en Euros…
  10. Je fais des gâteaux caramel-petit beurre et je corromps aisément les supérieurs.

Trouver un stage en 5 étapes

Etape 3 : be aware !

Le but ici est de chercher partout et d‘aller voir ses contacts. Ma morale méritocratique m’empêchant de faire l’apologie du piston nous nous contenterons d’aller voir nos contacts pour des conseils.

Un stage ne se trouve pas sous le sabot d’un cheval (ça se saurait). On ne s’appelle pas tous Kate Moss et on ne se fait pas repérer dans la rue ni dans les aéroports. Donc il faut chercher !

Soyez connectés, à l’affût de la moindre offre. Twitter en regorge, mais aussi lEtudiant.fr ou Linkedin. Ne dénigrez pas non plus les petites annonces (oui oui !) ou le site de votre établissement (en l’occurrence l’Université de Nantes).

Contactez vos anciens patrons, profs ou maîtres de stage avec qui vous avez gardé de bons contacts. Attention, il ne s’agit pas de rentrer dans l’entreprise parce que « je connais untel » ou « je suis la fille de madame T ». Cependant, ces professionnels connaissent leur activité et sauront vous donner des conseils ou des idées : « le secteur du tourisme embauche à cette période » ou « je sais que Séraphin Lampion* prend souvent des stagiaires » ou « pourquoi tu ne demanderais pas à Madame T ? ». Les gens ont souvent des bonnes idées (ou pas, après c’est à prendre ou à laisser !). Ecoutez vos parents parfois, ils ont aussi des bonnes idées.

Tentez ! Osez !

Parlez autour de vous de votre recherche, au détour  d’une conversation :

« – tiens, en parlant de tarte au poireau, je cherche un stage en tant qu’animateur nature. »

En désespoir de cause, prenez une pile de CV, armez-vous de votre plus beau sourire, prenez votre pantalon porte-bonheur et allez faire le tour des entreprises qui vous intéressent. Allez-y au talent, prenez le temps de discuter, de vous présenter, de voir les responsables si possibles. A noter que cette technique fonctionne aussi par téléphone. Au moins s’ils ne veulent pas, vous le savez.

Nous sommes jeunes et insouciants, courage !!

*personnage d’un album de Tintin, mais lequel ??

Ca, il ne faut pas le répéter

Il y a certaines choses qu’il vaut mieux garder pour soi pour conserver soi « moi social ».

1- Je bois du thé citron en écoutant du Strauss

2- Je ne loupe aucun question pour un champion

3- Les conserves pas chauffées en cas d’extrême flemme ça passe

4- J’ai passé l’hiver à faire des Scrabbles

5- Je m’endors avec Gulli

6- J’ai jamais vu Le Seigneur des Anneaux

7-  Je fais des repas chocolats (bon ça se voit quand même)

8- Le jean pour dormir c’est pas confortable mais des fois on est trop fatigué…

9- J’aime pas le nouvel an (je suis rabat joie et j’assume)

10 – J’aime tellement pas faire les magasins que je pique les chaussures de ma mère

 

Ca reste entre nous

 

Noël, c’est plus comme avant !

Le Noël 2013 ne sera pas comme avant… oui, la magie de nos 6 ans est derrière nous.

1- on nous offre plus de calendrier de l’avent, on alors ils sont moches

2- comment ça tu m’as pas attendu(e) pour faire le sapin ?

3- ou pire : comment ça on fait pas le sapin ?

4- on ne déballe plus nos cadeaux

5- on ne regarde plus la forme des paquets pour savoir ce que c’est (parce que y’a plus de surpriiise)

6- on sait qu’on invite la grande tante uniquement par charité et qu’on ne la reverra plus avant 1 an

7- on envoie des cartes de voeux pour maintenir les relations cordiales

8- les chocolats c’est plus les Kinder mais les pas bons à la liqueur

9- les pères Noël ne vendent plus du rêve

10- on voit nos petits cousins gâtés et insouciants pendant qu’on se dit que les partiels ça va faire mal !

Alors si vos Noël riment avec dinde aux marrons et chaussons au pied du sapin, invitez-moi !

Castouillette

Trouver un stage en 5 étapes

Etape 2 : gérer les réseaux

Facebook : le fameux réseaux au milliard d’utilisateur peut être un atout pour trouver un stage ou un emplois sauf peut-être si vous apparaissez un peu éméché dans un déguisement d’abeille sur votre photo de profil. Alors soit vous vous désincrivez (oui il faut parfois faire des sacrifices), soit vous allez dans paramètre – confidentialité pour cacher votre vie intime aux gentils recruteurs, soit vous décidez d’avoir une vie exemplaire et de montrer que vous faites des soirées pour maintenir le lien social, que vous êtes arbitre sportif et que vous appartenez à un groupe sur les stratégies financières. Bref, c’est à vous de gérer votre image sur FB pour montrer ce que vous voulez montrer. Et n’oubliez pas que parmi vos 758 amis vous avez l’oncle de votre voisin qui travaille dans le domaine que vous recherchez. Faites jouer vos contacts.

Linkedin : mon préféré, c’est LE réseau social de l’emploi. Vous créez un compte, avec votre CV et vous ajoutez vos relations. Il vous donne une visibilité, vous permet de maintenir le lien avec des amis et relations pro mais SURTOUT vous pouvez contacter des professionnels. Connectez-vous au responsable du service, regardez ses relations, contactez-les, participez à des discussions ou des groupes… J’ai contacté certain pro de cette manières et j’ai eu des réponses (en plus de mail). Multipliez les canaux ! Et il propose des offres d’emploi.

Doyoubuzz : le site du CV en ligne. Pratique pour les débutants en mise en page il permet de télécharger sur CV en format PDF, Odt et Word après l’avoir compléter. Vous choisissez une apparence, remplissez compétences, expériences… et vous pourrez mentionner le lien sur votre CV papier, PDF et dans vos mails. Parfois pratique à Twitter…

Twitter : l’occasion d’être concis ! Mais n’hésitez pas à informer vos relations de votre recherche active et mettez des liens sur votre CV 🙂

Attention : une recherche de stage prend du temps, nécessite de la concentration, une veille documentaire permanente, un sourire (vous pourriez rencontrer votre employeur à l’arrêt de bus) et de la motivation. Etre présent sur le web nécessite d’actualiser son profile régulièrement et de rester joignable. Gérer son image est difficile car on n’efface pas ses données sur internet si facilement.

Bon courage !

Castouillette

« Vous verrez du pays qu’ils disaient »*

Citation d’Astérix et Obélix mais lequel ? ^^

Voici venu le temps des stages étudiants pour partir au printemps. Je me voyais déjà sur la route avec mon baluchon mais l’administration est passée par là. Mandat de stage et conventions, passés au court-bouillon, dossiers Erasmus et Envoléo mis deux heures au frigo… Dans la soupe des papiers difficile de s’retrouver.

Et en grande folle j’ai cherché sur LONDON (wahou, Tower Bridge, fish and chips and pudding jelly !!!) mais au vu des prix des loyers euh… Parce que je me suis dis « tiens ils nous donnent des bourses et tout » mais en fait on paye les tickets du Tube avec ça ? Parce que pour un logement de 400 € et plus de 2m² à par un Abribus je vois pas…

Ah… je ne critique pas les bourses loin de là mais plutôt la vie so expensive… Tiens un loyer abordable.  Ah c’est par semaine ?

Maman ça tient toujours la proposition de stage dans le Jura ? Oui ben j’ai réfléchi…

Castouillette

 En fait c’est possible de partir mais préparez bien votre stage quand même, remplissez votre tirelire cochon before.

L’étudiant et sa balance

Forcément, après 3 mois passée en maillot, on s’aperçoit assez vite si on héberge un kilo clandestin. Attention, ce n’est pas qu’un kilo en plus soit dérangeant mais on a tous un poids de forme et le mien je l’avais dépassé (et il me suivait le traître).

Alors il y a les préceptes énoncés à la télé mais ils sont marrants quand même ! Parce que si on suit « ne mange pas trop gras trop sucré trop salé » on élimine d’un coup de sabre laser la moitié du placard d’un étudiant et « 5 fruits et légumes par jour » à moins de faire une coloc’ avec Coco lapin, ça me paraît beaucoup.

Je me suis donc dit qu’il fallait que je me fixe des limites moi-même. Plutôt que de courir 30 minutes par jour j’ai commencé à marcher au lieu de prendre le bus (60 kcal / km), monter les escaliers (10 kcal les 6 étages) et faire le ménage (190 kcal / heure, double bénéfice ne passez pas à côté !!! ).

Et puis je me suis mise aux abdos. Ne riez pas petits scarabées, et ceux qui se sont découragés lisez-bien ceci. Il ne faut pas que ce soit trop difficile parce que sinon vous vous découragerez. Fixez-vous vos propres limites, la musique à fond et amusez-vous. Avec une petite séance d’étirement après pour retrouver votre souplesse passée. Je peux vous assurez qu’après une semaine on sent les premiers résultats, on s’essouffle moins et on se sent vraiment mieux.

Du coup le kilo clandestin a vu sa situation se régulariser, je sais toujours pas si je l’ai perdu mais après tout je m’en fou, je peux monter mes 6 étages à pieds sans m’essouffler ah ah !!! Et puis le sport avec le Suaps c’est bien, c’est grand, brun, avec des abdos… Bref je m’égare ^^

 

Castouillette